Le traité de Versailles       Le traité de Versailles met fin à la Première Guerre mondiale.  Il est signé, le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles, entre l’Allemagne, d’une part, et les Alliés, d’autre part. Le traité a été préparé par la Conférence de paix… Lire la suite »

 

       Le traité de Versailles

      Le traité de Versailles met fin à la Première Guerre mondiale.  Il est signé, le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles, entre l’Allemagne, d’une part, et les Alliés, d’autre part. Le traité a été préparé par la Conférence de paix tenue à Paris, du 18 janvier 1919 au 10 août 1920, qui élabore les quatre traités «secondaires» de Saint-Germain-en-Laye, du Trianon, de Neuilly-sur-Seine et de Sèvres.

      Bien que cette conférence ait réuni 27 États , les travaux sont dominés par une sorte de «directoire» composé de quatre membres. Il s’agit de Georges Clémenceau (président du Conseil ou premier ministre) pour la France, David Lloyd George (premier ministre) pour la Grande-Bretagne, Vittorio Emanuele Orlando (ministre-président) pour l’Italie puis Thomas Woodrow Wilson (président) pour les États-Unis. Ces personnalités exercent une influence déterminante dans le traité de paix.

       Le traité de Versailles impose à l’Allemagne des sanctions territoriales (par exemple, la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France et la perte de toutes les colonies d’Afrique qui reviennent à la France et à la Grande-Bretagne: le Cameroun, le Togo, le Tanganyika et le Südwestafrika ou Namibie), militaires (avec la réduction du nombre de canons et d’avions en possession du pays, une armée réduite à    100 000 hommes, la démilitarisation de la rive gauche du Rhin ainsi que la mise en place d’une Commission militaire interalliée de contrôle) et des sanctions économiques (l’Allemagne est jugée seul responsable de la Guerre, elle est donc condamnée à payer le montant des dommages subis par les Alliés). Dans l’obligation d’accepter ces conditions, l’Allemagne considère le traité comme un Diktat.