La base arrière du littoral Nord-Pas-De-Calais -Le Grand Quartier Général de l’armée britannique s’implante, en 1916 à Montreuil-sur-Mer et au sein d’une immense zone logistique qui s’étend tout au long du Littoral de la Manche. Le ravitaillement et les troupes anglaises passent notamment par le port de Boulogne-Sur-Mer. Les soldats s’entrainent et rejoignent les zones… Lire la suite »

 La base arrière du littoral Nord-Pas-De-Calais

Sans titre 1

-Le Grand Quartier Général de l’armée britannique s’implante, en 1916 à Montreuil-sur-Mer et au sein d’une immense zone logistique qui s’étend tout au long du Littoral de la Manche. Le ravitaillement et les troupes anglaises passent notamment par le port de Boulogne-Sur-Mer. Les soldats s’entrainent et rejoignent les zones contrôlées par L’Empire Britannique: les Flandres, l’Artois et la Somme. Le long de la côte, de nombreux hôpitaux vont être ouverts pour les soldats blessés.
-L’Etaple Military Cemetery, un cimetière militaire, compte près de 11 500 tombes.  Sur ce lieu de mémoire, sont enterrés les soldats blessés au front et soignés dans une vingtaine d’hôpitaux des alentours.

        -L’ Obélisque de la Dover Patrol est  situé au Cap-Blanc-Nez, en hommage « à la glorieuse coopération des marines française et britannique » qui ont maintenu ouvert le Detroit du Pas-De-Calais durant la guerre sous-marine opposant l’armée allemande aux navires militaires et marchands des Alliés. L’Allemagne cherchait alors à mettre en place un blocus.

       -St. Etienne-au-Mont Communal Cemetery  : Une stèle au toit de pagode marque l’entrée du carré où reposent 160 travailleurs chinois et quelques Sud-Africains. Regroupés dans des «Corps de travail », ces non-combattants travaillent sur les tâches logistiques dans les ports et les dépôts des Anglais à l’arrière du front.  Fin 1919, près de 80 000 Chinois participent encore aux déblaiements des zones de combat et à l’ensevelissement des corps des soldats morts sur le Front.

-La statue du Maréchal Haig et son cheval demeure aujourd’hui l’un des rares témoins de la présence britannique à Montreuil durant la Première Guerre Mondiale. Douglas Haig, Commandant en chef des armées britanniques y installe son Quartier Général entre 1916 et 1919. Montreuil devient alors un important dispositif logistique s’étirant tout au long du Littoral, destiné à soutenir et à alimenter en hommes et en matériel le Front tout proche, en Flandre, en Artois ou dans la Somme.

-Wimereux Communal Cemetery  : Parmi les corps des 3 000 soldats de la Grande Guerre morts dans les hôpitaux du littoral, repose celui du médecin et poète canadien John Mac Crae. Dans son célèbre poème « In Flanders Fields », il écrit :
« Dans les champs de Flandres, les coquelicots fleurissent entre les
croix, rang après rang… » là où reposent les soldats disparus.
Depuis, le poppy (coquelicot) est devenu la fleur du souvenir dans tous les pays du Commonwealth ayant participé au conflit.

Source : http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/les-chemins/le-littoral.html

 

Témoignage, source :mémoire de territoire 1914-1918 Dunkerque ultime mémoire » :
« Mes grands-parents avaient trois fils a la guerre : mon père qui a été blessé, mon oncle Léon qui a été tué, et Gaston mon parrain, qui a été prisonnier en Allemagne où il a beaucoup souffert. Mon oncle Léon avait fait Verdun sans aucune égratignure et il s’est fait tuer sur la Somme. On a jamais retrouvé son corps. »