3-7 mai 1916 Sur la rive gauche de la Meuse, les Français perdent un plateau de la côte. Témoignage du Lieutenant Armeilla 17ème DI : « Les boches viennent de déclencher une attaque sur la côte 304 et le Mort-Homme. Je n’ai jamais vu pareille avalanche de projectiles ; la fumée s ‘élève à des hauteurs incalculables et forme un rideau… Lire la suite »

3-7 mai 1916
Sur la rive gauche de la Meuse, les Français perdent un plateau de la côte.

Témoignage du Lieutenant Armeilla 17ème DI : « Les boches viennent de déclencher une attaque sur la côte 304 et le Mort-Homme. Je n’ai jamais vu pareille avalanche de projectiles ; la fumée s ‘élève à des hauteurs incalculables et forme un rideau si épais que le soleil ne la traverse pas »

Source : Jean Pierre Tubergue, Les 300 jours de Verdun.

Impressions de Hernst Piepke, artilleur allemand blessé devant Verdun : « Cher beau-frère ! Je ne peux pas te décrire dans le détail la bataille de Verdun. Le duel d’artillerie continue encore. Les soldats ayant combattu en Serbie ou en Russie témoignent de ne jamais avoir vu un affrontement plus terrible. Les dévastations des forêts, des villages et des pertes humaines sont considérables. Nous voyons des trous d’obus partout, des centaines de cadavres sont dans les tranchées françaises, chaque trou est rempli de cadavres de chevaux. Nous avons eu beaucoup de morts lors du premier assaut, nos adversaires aussi. Notre situation est bien difficile. Nous ne conservons qu’un tiers de nos cent chevaux, nous avons beaucoup de tués. Ce champ de bataille est un tableau que je n’oublierai jamais de ma vie. » 

Source : Europeana 

Témoignage de Jean Meignen, soldat au 174 RI en position au Mort-Homme : « Quand le jour se lève, je ne puis me défendre d’une sensation d’horreur et d’épouvante quand je vois qu’à l’endroit que j’occupais, le parapet est en partie formé de cadavres et que toute la nuit, je me suis appuyé sur des godillots qui émergeaient, en laissant couler une boue infecte, mélange de sang, de pourriture et de terre. »

Source : Jean Pierre Tubergue, Les 300 jours de Verdun.