La bataille d’Ypres (22 avril – 24 mai 1915): -Le 22 avril 1915, les Allemands utilisaient pour la première fois des gaz de combat dans un contexte tactique. Cette attaque survient non loin de la ville belge d’Ypres qui, pour l’occasion, devait donner son nom au gaz chloré alors employé : l’ypérite ou “gaz moutarde” du… Lire la suite »

La bataille d’Ypres (22 avril – 24 mai 1915):

19710261-01611

-Le 22 avril 1915, les Allemands utilisaient pour la première fois des gaz de combat dans un contexte tactique. Cette attaque survient non loin de la ville belge d’Ypres qui, pour l’occasion, devait donner son nom au gaz chloré alors employé : l’ypérite ou “gaz moutarde” du fait de la couleur jaunâtre de son nuage (1). Cette première attaque chimique de l’Histoire frappe essentiellement les troupes françaises, mais deux jours plus tard l’ypérite sera aussi utilisée contre les Canadiens.


-Quelques jours auparavant, le 20 avril, le grand État-major allemand lançait une grande offensive connue sous le nom de deuxième bataille d’Ypres.

Celle-ci succédait à une première confrontation qui eut lieu à la fin l’année 1914 autour de la même ville, et qui s’acheva par une victoire alliée. En bloquant l’avance allemande, les Alliés mettaient un terme à cette phase du conflit dite “course à la mer” où les belligérants tentaient de se déborder mutuellement, en vain.

Une première bataille a déjà eu lieu du 29 octobre au 24 novembre 1914. La Deuxième bataille d’Ypres  oppose la IVe Armée allemande aux troupes alliées britanniques, belges et françaises. Cette bataille est la seconde tentative allemande pour prendre le contrôle de la ville flamande d’Ypres en Belgique, après celle de l’Automne 1914. C’est lors de ces combats que l’Armée allemande utilise pour la première fois des gaz de combat toxiques à grande échelle sur le Front de l’Ouest.

Le 22 avril, la bataille est un baptême du feu violent pour le Canada. C’est une bataille défensive qui se déroule alors que les tranchées sont encore peu développées, car on croit à ce moment que la guerre ne va pas durer.