Retour sur Gravilo Princip. En Juin 1914 : Un assassinat qui échappe à l’attention de l’Europe. Cent ans plus tard,  Joseph Zimet organise à Sarajevo un rendez-vous avec tous les chefs d’État européens. L’événement est organisé en étroite collaboration avec les autorités bosniaques. Le Monde :  « A Sarajevo, les commémorations de 14-18 n’atténuent pas les… Lire la suite »

Retour sur Gravilo Princip.

En Juin 1914 : Un assassinat qui échappe à l’attention de l’Europe.

sarajevo

Cent ans plus tard,  Joseph Zimet organise à Sarajevo un rendez-vous avec tous les chefs d’État européens. L’événement est organisé en étroite collaboration avec les autorités bosniaques.

Le Monde :  « A Sarajevo, les commémorations de 14-18 n’atténuent pas les divisions »

La Voie Du Nord: « Sarajevo commémore loin de l’Europe le début de la première Guerre mondiale »

 Joseph Zimet précise :

« Cent ans plus tard, il s’agit de commémorer l’attentat du 28 juin 2014, en adressant un message de paix au monde entier, ce sera l’occasion aussi de se souvenir des Jeux Olympiques d’hiver de Sarajevo (1984) et du siège de la ville (1992-1996), tout en s’interrogeant sur la Bosnie d’aujourd’hui dans une perspective européenne ».

En tuant l’héritier du trône austro-hongrois, «Gavrilo Princip visait à permettre aux peuples slaves d’être libres». Le jeune révolutionnaire est un héros pour les serbes : on le célébrait alors comme un combattant de la liberté. Il reste un patriote, un héros qui voulait libérer les Serbes et l’ensemble des slaves de l’occupation austro-hongroise.

Mais pour les Bosniaques et les Croates, Gravilo Princip est un terroriste.

 

Au programme de la commémoration, des expositions de photographies, des concerts et des créations artistiques qui seront accompagnés par une série de temps fort avec la course cycliste « Sarajevo Grand Prix », des émissions spéciales  diffusées sur France Inter et France Cultur , des pièces de théâtre,…

Le point d’orgue était un concert de l’orchestre philharmonique de Vienne dans la Mairie, qui vient d’être restaurée, après avoir été détruite lors de la guerre de Bosnie, dans les années 1990.

dasattentatsarajevo191412_article

 

C’est sur le pont Latin enjambant la Miljacka, lieu où  Gavrilo Princip assassina l’archiduc François-Ferdinand que l’on a commémoré le 28 Juin 2014 le déclenchement du premier conflit mondial. L’objet de cette commémoration était de rappeler que cet événement a provoqué un conflit meurtrier mondial qui causa plus de 11 millions de morts.

Or, tout ne s’est pas déroulé comme prévu.

Les Bosniaques et les Serbes ont boycotté la cérémonie : en effet, ils considèrent Princip comme un héros national, et ont donc organisé leur propre commémoration à Visegrad,  en présence du premier ministre serbe.

D’autre part, son souvenir est lié aux forces serbes qui ont assiégé la ville durant la guerre de 1990 et qui a fait près de 100 000 morts.

Aujourd’hui, la ville de Sarajevo a choisie d’effacer toutes les traces rappelant la présence de Princip dans la ville. La cité avait nommé plusieurs rues et places de la ville du nom de l’assassin de l’archiduc, elles ont donc été renommées.

 

Romane Secq et Coralie Vancoppenolle.