Comment tout s’est terminé…en 1917 en  Allemagne!   Le traité de Brest-Litovsk est signé le 3 mars 1918 : l’Allemagne peut désormais combattre sur un seul front . Les divisions de l’armée allemande sont rapidement transférées  sur le font Ouest. ErichLudendorff, chef suprême de l’armée allemande, programme plusieurs offensives lors des mois de mars (Picardie),… Lire la suite »

Comment tout s’est terminé…en 1917 en  Allemagne!

 

Le traité de Brest-Litovsk est signé le 3 mars 1918 : l’Allemagne peut désormais combattre sur un seul front .

Les divisions de l’armée allemande sont rapidement transférées  sur le font Ouest.

ErichLudendorff, chef suprême de l’armée allemande, programme plusieurs offensives lors des mois de mars (Picardie), mai (Aisne) et juillet (Champagne). qui ne sont  pas concluantes: l’armée recule . En effet, l’armée alliée, renforcée notamment par un corps expéditionnaire américain, contre-attaque et oblige les Allemands à battre en retraite. L’arrivée des troupes américaines et la supériorité militaire des alliés mettent en péril l’empire allemand, Erich Ludendorff et Paul von Hindenburg (alors chef du grand état-major allemand) ne se font plus d’illusions : la défaite se profile à grands pas.

L’armée connaît une vague de mutineries et dans les villes allemandes les manifestations ouvrières réclamant la fin des combats se multiplient. Les arrestations pleuvent, des manifestants sont abattus.

Fin octobre, l’empereur Guillaume II abdique remplacé par un gouvernement provisoire qui a la lourde tâche d’organiser la sortie de guerre.

 

La République de Weimar est proclamée par la suite en Allemagne, tandis que les derniers combats se poursuivent dans la Meuse.

L’armistice est signé le 11 novembre 1918 à 5 heures du matin en présence du maréchal Foch et du général Weygand, côté français. Néanmoins, les hostilités ne cessent  pas immédiatement sur le théâtre de la Meuse et engendrent des pertes inutiles.

Les combats prennent fin à 11 heures du matin, mais ce dernier jour de conflit est marqué par près de 11 000 tués, blessés ou disparus.

En Allemagne, l’armistice puis le Traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, ont de lourdes répercussions sur l’économie du pays, sévèrement touché par les restrictions imposées. Dans les années 20, les hommes politiques ayant été amenés à gérer la révolution du mois de novembre 1918 sont montrés du doigt et jugés responsables de la défaite.